Le SISPOO demande à tout ses membres de participer aux différentes réunions d’information portant sur le travail temporaire et le transfert des travailleurs au sein des entreprises utilisatrices.
URGENT : un accord Administration – CNR – SISPOO, vient d’être signé ce 14/02/17 à 22h et met fin à la grève déclenchée le 07/02/17. Les champs Espoir et Baobab reprennent la production de gaz et de pétrole brut
URGENT : Le SISPOO remercie le MEPS, la MPEDER et CNR pour leurs actions constructives dans la resolution de cette crise
URGENT : Le SISPOO félicite ses membres pour leur sens aiguë de la responsabilité citoyenne
SG

KONATE IMRANA

MESSAGE DE VŒUX POUR 2015

Mes cher(e)s camarades,

C’est pour moi un honneur et un bonheur immense en cette année naissante de vous présenter mes vœux les meilleurs de santé, de joie et de prospérité. Le SISPOO votre syndicat se porte bien et regarde vers l’avenir.

Vous vous êtes syndiqués pour lutter contre l’injustice sociale, la division, l’éclatement du salariat et construire l’unité des travailleurs du secteur pétrolier. Nous savons qu’il n’y a pas de fatalité, que les hommes et les femmes font l’histoire, eux et eux seuls construisent leur avenir.

Il est vrai que pour nous la construction de cet avenir passera par la lutte syndicale et l’année 2014 en est illustration. En effet, nous avons intenté 4 procès au tribunal du travail, 2 procès au pénal, 1 dossier de dénonciation auprès de l’AGEPE et 3 dossiers sont actuellement soumis à différentes inspections de travail. Ces actions définissent notre message aux acteurs du secteur pétrolier : ” En Côte d’ivoire, il y a des règles, des lois qui régissent les relations de travail. Les enfreindre c’est s’exposer à la rigueur de la loi et le SISPOO y veillera en tous lieux et à tout moment.” C’est en cela que nous disons Lex | Æquitáte | Socialis Pax.

C’est cette constance à veiller sur le long terme, cette capacité à défendre, impulser, anticiper, donner le ton et le rythme par l’action, qui permettra au SISPOO de rayonner et d’étendre son influence. C’est probablement cette constance que les salariés reconnaissent. C’est aussi pour cette raison qu’ils viennent au SISPOO.

Cependant, nous sommes conscients qu’il ya des questions spécifiques à résoudre, notamment la mise en œuvre des plans d’ivoirisation, la lutte contre le travail au marché noir, la protection sociale des travailleurs temporaires, la formation et bien d’autres questions liées à l’application des lois ivoiriennes. Sur tous ces points, le SISPOO est prêt à s’engager dans un dialogue constructif avec les autres partenaires du secteur.

Dans un processus de modernisation de nos infrastructures informatiques, nous avons lancé en 2014 notre site web intégrant des fonctionnalités de centre de support – pour un meilleur suivie des demandes-, de forum de discussions – permettant l’échange d’idée entre travailleurs du secteur- et une boutique. Résolument tourné vers les NTIC comme outil de productivité, le SISPOO, en 2015, dans les mois à avenir lancera une plateforme d’e-learning, afin de permettre le développement des capacités de nos membres.Le SISPOO est à la pointe des NTIC en milieu syndical, et j’ose dire que si le SISPOO était un navire de guerre, il serait à n’en point douter le navire Amiral, fleuron d’un syndicalisme nouveau avec des militants engagés. Chers travailleurs du secteur pétrolier, lors du séminaire d’orientation stratégique, le SISPOO vous a compris. Avec vous, nous dénonçons les différences salariales, les discriminations à la formation, le racisme, le manque de respect, la contractualisation accrue de personnels ainsi que l’inaccessibilité des ivoiriens aux promotions internes.

Avec vous, nous avons fait le constat amer des salaires qui non seulement n’augmentent pas mais, au vu de l’inflation, régressent depuis de nombreuses années, tandis que les mêmes multinationales empochent des bénéfices records grâce aux champs pétroliers ivoiriens.
Cependant, ils ont fait un choix, celui qui nous prive progressivement de l’essentiel, fragilise nos ménages et empêche bon nombre de travailleurs du secteur d’accéder à des emplois permanents. Face à tout cela, il est impératif pour nous de comprendre que le SISPOO n’est pas un bien de consommation mais une nécessité. Refuser de se syndiquer, refuser de croire en nos forces et intelligences communes équivaudrait à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasement.